Des photos « parfaitement imparfaites »

Les nouveaux usages sociaux de la photographie ont transformé la communication des marques. Pour les rédacteurs de l’étude Curve, « l’instantané numérique du 21ème siècle est un genre de photographie, rapide, improvisée, plus proche de l’expérience que de la documentation visuelle… »

Le  fait

L’étude « Curve » de Getty Images, qui étudie les tendances du monde de l’image afin d’anticiper la demande du marché, s’est intérressé cette année à la manière dont les nouveaux usages sociaux de la photographie ont transformé la communication des marques. Les rédacteurs de Curve formalisent nombre de pistes connues, mais largement commentées afin que les professionnels puissent s’en saisir pour augmenter l’efficacité commerciale de leur production. Parmi les points essentiels mis en exergue dans ce rapport, la valeur « authenticité » est celle qui caractérise le plus la nouvelle photographie du XXIème siècle. La recherche de l’image « parfaitement imparfaite » par les agences pour les campagnes publicitaires de leurs clients n’est pas une lubbie, mais une réalité. Cette tendance lourde se conjugue avec l’exigence d’instantanéité, faisant de la connectiviét « non plus une idée marketing ambitieuse mais une expérience très réelle pour le consommateur ». Le rapport rappelle par ailleurs que la photographie est considérée par le monde de l’Internet comme l’application « tueuse », (grâce au demi-milliard de smartphones vendus au cours de l’année 2011), annonçant selon Nicholas Mirzoeff, Professeur de Medias, Culture et Communication à New-York l’ère  de l’auto-image ou « photograffiti ». Les rédacteurs de l’étude rappellent enfin que l’instantané numérique du 21ème siècle est un genre de photographie, rapide, improvisée, plus proche de l’expérience que de la documentation visuelle, ce qui la rend précieuse aux yeux des publicitaires et des marques…

Le décryptage

Pour les photographes qui placent leur vie professionnelle sous le signe de l’exigence, les tendances décrites dans ce rapport pourront paraître déstabilisantes. Si les agences recherchent désormais des images « improvisées », « parfaitement imparfaites » selon les termes de l’étude, l’exigence de qualité formelle peut  devenir un inconvénient. Mais il faut plutôt considérer au contraire que l’expérience de la prise de vue en situation, sur le mode du reportage, devient un atout extraordinaire… Il faut être convaincu par ailleurs que le regard et l’engagement d’un auteur sont pleinement garants de cette authenticité que le marché réclame. Reste la capacité à inscrire un travail photographique de qualité dans une histoire authentique où l’intensité d’une expérience, sa force émotionnelle jusqu’à sa possible imperfection visuelle deviennent une formidable gage de vie… ce que recherche au final le marché. C’est probablement à ce risque délibérément pris et assumé que les photographes professionnels de talent se reconnaissent. Nous le savions déjà…  mais l’étude Curve nous le rappelle utilement.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :