Conversation photographique

Nikon Coolpix S800C et Samsung Galaxy Camera : ces porte-drapeaux de la connectivité fonctionnent tous deux sous Android. Le premier se connecte au Web via les smartphones. Le second reçoit une carte SIM pour partager les images via le réseau 3G/4G ou télécharger des applications sur Google Play.

Le fait

Après l’annonce estivale de l’arrivée du premier compact sous Android, le Nikon Coolpix S800C, la présentation à l’IFA Berlin du Samsung Galaxy Camera, (également sous Android donc compatible avec la plateforme d’applications Google Play) marque le tout début d’une montée en puissance des appareils photo connectés. Avec sa connectivité 3G, le Samsung est le premier à mettre en avant l’accès direct au réseau via une carte SIM, tandis que pour se connecter à Internet le Nikon transite par un smartphone via sa  fonction partage de connection. En attendant le Polaroid SC1630 annoncé en janvier dernier, et d’autres qui ne manqueront pas d’être dévoilés à Cologne, ces appareils peuvent désormais rivaliser avec les smartphones sur la question du partage des images et de leur personnalisation (via le téléchargement d’applications).

Le décryptage

250 millions de photos sont téléchargées en moyenne chaque jour sur Facebook.  300 millions sur flickr. La conversation en image est consubstantielle à la révolution de la photographie numérique. Ce qui s’impose comme une évidence, oblige les appareils photographiques à s’incrire dans une logique de partage en temps réel, ce que seuls les smartphones étaient en mesure de faire jusqu’à aujourd’hui. Cette possibilité de partage facile a bouleversé et bouleversera encore dans le futur le rapport du grand public à l’image en inscrivant la prise de vue dans un projet d’échange immédiat et d’exposition de soi. La connectivité en temps réel n’aura pas que cet avantage social, mais rendra possible nombre d’interactions entre la prise de vue en cours et la réalité photographiée (reconnaissance des lieux, des objets et des personens, conseils, calcul déporté, photographie participative, contenus enrichi associé à chaque photographie…). Les appareils ne pouvaient plus longtemps prendre le risque de rester à côté de ces développement face aux smartphones qui eux, sont en mesure de s’insrire dans ces interactions. Avec ces nouveaux appareils connectés, le bénéfice social supérieur d’une image partagée sera désormais compatible avec la force émotionnelle d’une image de très haute qualité. Il était temps !

Cette nouvelle ère connectée, que les professionnels et les industriels auront à exploiter, s’accompagne d’une transformation du modèle économique du secteur, les applications téléchargeables sur les plate-forme devenant une source de profits additionnels (même si aujourd’hui neuf applications sur dix téléchargées sur les plateformes est gratuite…). Cette ouverture au monde des applications rend possible l’arrivée d’appareils aux performances et fonctions évolutives. Avec de telles perspectives, la concurrence entre fabricants issus de l’optique (chantres de l’ultra-qualité), et fabricants issus des télécoms (promoteurs de l’ouverture de l’éco-système photographique) ne fait que débuter !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :