Bilan salon de la photo 2011

Avec près de 72 000 visiteurs le salon de la photo 2011 fut un succès. En pleine crise économique, l'enthousiasme des visiteurs et des exposants laisse espérer une belle fin d'année pour le marché photo. Prochaine édition du 8 au 12 novembre 2012.

Le fait

Le salon de la photo 2011 vient de fermer ses portes après cinq jours de show.  Près de 72 000 visiteurs se sont pressées dans le Hall 4 de la porte de Versailles (dont 22 % de professionnels en hausse de 4 points), dans une ambiance positive, voire enthousiaste autour de 120 stands de très belle facture. La présence de Carl Lagerfeld a donné une coloration people à la manifestation… le temps du vernissage de son exposition le jeudi 6 octobre, où les équipes TV  ont pu lutter avec les badauds à sacs à dos pour réaliser les meilleures images !

L’ambiance

La réussite d’un salon ne s’évalue pas seulement au nombre d’entrées mais également en termes de qualité de visitorat. Si cette année, la fréquentation équivaut à celle de 2009 (en recul de 6,5 % par rapport à 2010), les visiteurs se montrent chaque année plus concernés. En témoigne les bonnes affaires réalisées par les magasins de vente dont les stands bondés jouxtaient les cimaises où étaient exposés les portraits des maîtres du XXème, choisis par Karl Lagerfeld dans les collections de la MEP ! En témoigne également la satisfaction des exposants dont les objectifs de vente ont été dépassés sur les produits professionnels. Au-delà d’un bilan comptable visiblement positif,  c’est le dynamisme de nombreux petits stands qu’il convient de rendre compte, illustrant cette effervescence directement liée au foisonnement des pratiques photographiques d’aujourd’hui. De nombreux entrepreneurs — souvent trentenaires et toujours passionnés— trouvent dans la photographie une manière de s’engager dans une vie professionnelle stimulante au contact d’un public chaleureux en quête de savoir faire et d’épanouissement personnel… à l’image de ce qu’ils recherchent dans ce secteur !  Le phénomène est le plus impressionnant dans le domaine de la formation photo où des dizaines d’entreprises sont nées qui proposent aux visiteurs des workshop, safaris urbains, voyages à thème, ateliers, cours, master class selon des terminologie déclinées à l’envi pour marquer leur différence. Si les amateurs sont en quête de savoir faire, ils désirent avant toute chose être en relation avec leurs homologues amoureux d’images. Les photographes professionnels indépendants que la presse ne fait plus vivre trouvent dans ce besoin du grand public une aubaine pour compléter leurs revenus, mais aussi retrouver un rôle social au-delà de la production d’images. La disparition des photographes quartier a donc laissé un vide que ces photoreporters comblent via ces stages devenus si populaires.

Du côté des sites d’informations, réunis sous la bannière de l’Agora du net*, même enthousiasme partagé et même intérêt pour l’échange avec le public (dans un rôle proche de celui tenu par les photo-clubs). Ces entrepreneurs de la photo se développent à l’ombre des grandes sociétés qui impriment au marché le tempo de leurs innovations, et que la presse spécialisée relaie en parfait synchronisme. Pour ces sites et leurs forums, pas d’opulents budgets publicitaires, pas encore de revenus conséquents malgré leur audience, mais une passion et une énergie…et l’hypothétique espoir pour ces entrepreneurs de vivre un jour de cette activité.

Autre moteur du dynamisme, l’aspiration légitime des passionnés à créer des œuvres d’art, en faisant appel à des prestataires de renom. Pour se développer les sites d’hébergement ou les laboratoires proposent des prestations inimaginables il y a encore quelques années : tirage jet d’encre au charbon chez art-photo-lab.com, site de tirage en marque blanche Picto White lab (permettant à tous les photographes de mettre en vente leurs œuvres sur leur site), impression de véritables livres photo chez Blurb, tirage d’art en caisse américaine chez Darqroom… Le marketing parle souvent de démocratisation du marché de l’art, parlons plutôt de la démocratisation des prestations réservées aux professionnels.

Une première mondiale est venue cette année marquer l’événement parisien : Nikon avec le concept 1 (prononcez « One »). Les deux appareils Nikon 1v et 1j s’inscrivent dans la famille des hybrides en s’aventurant sur le terrain de la  haute résolution temporelle (60 i/s) et en introduisant  « l’instant animé » symbole marquant de l’évolution des pratiques photographiques. Autre événement, la première présentation publique du compact expert Fuji X10 qui, comme le X100, renoue avec un design très traditionnel pour tisser un lien subtile entre la nostalgie des quinquas et l’imaginaire de la génération C (les 12-24 ans). Ces derniers, sans toujours en prendre conscience s’inscrivent dans la continuité de l’histoire d’un médium qui les fascine et qu’ils révolutionnent par leurs usages. La gravure  d’un schéma optique comme on le faisait « entre-deux-guerres » sur le capot supérieur du X10 signifie bien que l’appareil emprunte le meilleur du savoir faire optique de la firme japonaise pour offrir une expérience photographique singulière (celle d’à nouveau pouvoir viser à hauteur d’œil dans un viseur optique digne de ce nom !). Le néoclassicisme à de beaux jours devant lui !

30 ans après l’avènement du premier appareil photo électronique (célébrée par une exposition exceptionnelle d’une centaine d’appareils numériques qui ont marqué cette jeune histoire, tous issus du JCII Camera Museum), quatre ans après sa refondation, le salon de la photo de Paris a atteint sa maturité en jouant sur les trois registres qui l’ont conduit au succès : événementiel (stands, concours et animations), marchand (magasins de vente) et culturel (exposition exclusive et conférences). Par son visitorat, il est devenu le deuxième salon photo grand public mondial après la photokina, salon qui en revanche reste abonné à une périodicité biennale.

 (*) L’Agora du net réunissait cette année cinq sites d’informations photo : Forum Alpha DxD, Déclencheur, Focus numérique, Pixelistes, Nikon Passion.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :