Joël de Rosnay à Photofocus 2010

Joël de Rosnay, lors de son exposé sur le futur de la photographie à l'horizon 2020 © Patrick Sagnes/Sipec

Le fait

Organisé pour la première fois le 6 octobre au Musée Dapper à Paris, Photofocus est un nouveau rendez-vous imaginé par les dirigeants du Sipec pour rendre compte à ses adhérents et à la presse de la situation du marché photo et des comportements photographiques des Français. Point d’orgue de cette première édition, qui aura réuni plus de 120 invités, une intervention de Joël de Rosnay* sur le futur de la photographie.

Le résumé

Le scientifique vedette, habitué à l’exercice de vulgarisation scientifique, aura su donner une passionnante vision des technologies de représentation visuelles qui devraient émerger à l’horizon 2020. Celles-ci sont le plus souvent hors du champ de ce que nous connaissons aujourd’hui : recours à des bio-molécules photosensibles issues de la biologie de synthèse, usage du graphène pour les capteurs, les écrans et les processeurs, pilotage d’équipement par « gestes mentaux » détectés par des capteurs cérébraux, mémoire moléculaire développées à partir de bactéries…  Mais certaines d’entre-elles ont déjà quitté la sphère de la recherche fondamentale et nous deviendront familières dans les prochaines années (réalite mixte et augmentée, projecteur rétinien, représentation holographique 3D, impression d’objets en relief à partir d’images modélisées en 3D…).

Pour Joël de Rosnay, la photographie présente sur les réseaux contribue au développement du MOP (abréviation de Macro Organisme planétaire) concept global qu’il a inventé, et que les hommes construisent par les réseaux interconnectés auxquels ils font aujourd’hui appel, mais également dans lequel et grâce auquel ils vivent. Il soulève les épineuses questions de la protection de la vie privée et du risque invasif posé par la représentation en temps réel des actions humaines en appelant l’ensemble des citoyens à contribuer à faire avancer la réflexion sur ces sujets.

Et comme pour donner raison à Joël de Rosnay — qui n’imagine pas l’avenir des appareils photo sans connexion Internet—, au même moment à l’autre bout du monde, au salon Ceatec de Tokyo, Panasonic présentait le Lumix Phone, le premier mobile/appareil photo offrant une résolution de 13,6 millions de pixels ! Celui-ci sera commercialisé par l’opérateur Docomo dès mars prochain.

(*) Joël de Rosnay est président exécutif de Biotics International une société de conseil stratégique en matière de nouvelles technologie, professeur et chercheur au célèbre MIT et conseiller de la Présidente d’Universcience.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :