La nouvelle complexité du marché photo…

Quelques formats de capteurs utilisés en photographie… vous avez dit simplicité ? Heureusement, les focales des objectifs sont exprimées en équivalent 24x36…

La nouvelle complexité du marché photo…

« L’hybride va remplacer le reflex grand public d’ici cinq ans »* : cette affirmation de Julien Sauvagnargue, directeur de division photo d’Olympus France pourra être prise pour une provocation facile de la part d’un acteur qui ne pèse pas très lourd avec sa série E sur le segment grand public face aux géants Canon et Nikon. Mais tout porte à croire qu’il a raison**. Pour au moins quatre raisons principales : deux technologiques, une industrielle, la dernière de marché.

– l’arrivée de dispositifs autofocus pilotés directement par l’image formées sur le capteur principal (comme chez Fujifilm avec son Super CCD EXR) conduira à une simplification extrême de la fabrication des appareils hybrides associée à des performances supérieures même en basse lumière.

– l’arrivée de viseur électronique de qualité équivalente ou supérieure à une visée TTL totalement optique conduira les consommateurs à se diriger en masse vers ces appareils non-reflex qui apporteront des atouts uniques : informations sur l’image, effets créatifs temps réel, réalité augmentée…

– La simplicité de fabrication de ces appareils abaissera leur prix de revient usine, permettant une offensivité commerciale élevée face à leurs homologues reflex plus encombrants et plus lourds et cela, pour une qualité d’image équivalente.

– Enfin, les hybrides (dont le nom rappelons-le est lié à leur double capacité de capture photo et vidéo) incarnent une nouvelle catégorie d’appareils qui ne pourra que croître, alors que le cycle standard d’un marché d’équipement grand public veut que les bonnes années du compact numérique sont derrière nous et que celles du reflex se poursuivront durant trois années encore…

Le marché est entré dans une phase de complexité extrême pour les consommateurs (et les distributeurs) alors que la fabrication des appareils va se simplifier en embarquant une puissance de calcul sans cesse supérieure. Les « vrai-faux reflex » ou « vrai-faux hybrides » vont se multiplier, avec qui des viseurs optiques, qui des viseurs électroniques, qui des miroirs fixes, qui des miroirs semi-transparents, qui des sans miroirs, qui des écrans sans viseur, qui des viseurs optionnels, qui des modes de traitement temps réel, qui des traitements différés… avec à la clé une segmentation d’une complexité encore inconnue sur ce marché et que le marketing aura à gérer à flux tendu tant la créativité des industriels va pouvoir se libérer… Une chose est certaine, les années prochaines promettent d’être particulièrement fécondes en innovations. Restera aux auteurs à s’approprier les nouvelles possibilités créatives offertes, afin que ces appareils ne soit pas trop vite rangés dans la catégorie des gadgets géniaux dont les limites ne seront jamais explorées.

(*) Propos publiés dans les colonnes du Monde de l’image n°70 daté septembre-octobre 2010.

(¨**) Rappelons que la vision d’Olympus a su faire preuve à de nombreuses reprise d’une grande clairvoyance vis à vis des technologies innovantes: invention des bridges, rejet de l’APS, lancement de la première gamme de compacts numériques (Camedia), adoption précoce du format 4/3, lancement de la série Pen…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :