Cartes bancaire personnalisées

29 juillet 2010

La carte bancaire devient un nouveau support photo : pourquoi ne pas marketer une offre de portrait ?

Le fait

Depuis près d’un an les banques proposent à leurs clients des services de personnalisation de leur carte bancaire via Internet. Ceux-ci peuvent choisir parmi une sélection d’images, où utiliser leur propre photo qui sera imprimée en fond de carte. Cette possibilité est offerte grâce à une technologie d’impression thermique développée par DNP, marque bien connue dans le secteur de la photo pour ses minilabs et ses bornes instantanées. Auparavant la personnalisation s’effectuait en collant un sticker sur la carte, lequel, était proposé pour quelques euros par plusieurs sites branchés comme celui de k-loushop.com

Le décryptage

Les institutions, l’autorité et les représentants politiques ont perdu leur aura… les banques encore bien plus ! Celles-ci ont tiré les conséquences de cette tendance qui ne date pas de la crise, mais s’installe comme corollaire du passage à une ère post-moderne qui s’accompagne d’une montée irrépressible de l’individuation… mais les commerçants et les prestataires de services ne découvrent pas aujourd’hui cette nécessité de personnalisation, et encore moins les photographes.

Pour les banques, la nécessité de personnaliser leur offre pour séduire s’impose alors qu’elles se livrent encore à la surenchère statutaire des cartes « VIP » toujours plus précieuses et rares (gold, platine, etc.) pour un public en mal de reconnaissance. Grâce à l’impression désormais économique et la qualité photographique, celles-ci peuvent apporter ce service sans coût supplémentaire et ainsi personnaliser ce qui subsiste de matérialité (humanité ?) entre leurs clients et l’institution (en attendant le paiement totalement dématérialisé par mobile qui arrivera dans quelques mois).

Pour les photographes professionnels c’est une occasion nouvelle de faire un portrait adapté à ce nouveau besoin. Tous les adultes — sans exception— se retrouvent transformés en prospects, puisque tous les détenteurs de compte bancaire ont été informés — où le seront bientôt—qu’une telle possibilité leur est offerte. Reste à aller vite … et mettre en scène cet usage sur des cartes factices en vitrine…


Nouveau concepts magasins dans le monde

29 juillet 2010

Supermarché italien Sconto Maxi, sans caddie ni cabas : un concept où les marchandises sont délivrées en sortie de magasin par le personnel, le client se contentant de cliquer sur les produits qu’il souhaite acheter. Source : Le Journal du Net. Photo Ebeltoft.

Le fait

Le Journal du Net a publié le 23 juillet dans son numéro 192, un sujet développé par le cabinet d’études Dia-Mart présentant sous une forme synthétique 23 initiatives innovantes en matière d’enseignes de détails et de services. On y trouve un supermarché sans caddie où les consommateurs scannent les objets qu’ils achètent en guise d’acte d’achat — leur délivrance étant reporté en sortie de magasin—, une boutique de restauration en libre service ouverte 24/24 proposant des plats préparés par … le restaurant voisin, un magasin Swarovski qui permet au consommatrices de composer leurs bijoux, un Danone Store à Barcelone où les clients peuvent tester les nouvelles recettes de la marque, une parfumerie disposant de trois espaces olfactifs selon les goûts (classiques, huiles essentielles et nouveautés), un StarBucks new-Yorkais qui vend du vin et de la bière ou encore un Office Dépôt écologique !

Le décryptage

Les concepts magasins se limitent trop souvent à l’habillage d’un espace public de façon à rationaliser un aménagement afin de le rendre duplicable sur plusieurs magasins. Rarement ceux-ci correspondent à la mise en pratique d’une idée véritablement révolutionnaire qui invente un nouveau modèle économique. De ce point de vue, cette profusion d’idées glanées aux quatre coins du monde est véritablement réjouissante et doit interroger notre univers et les ressources créatives inexplorées autour des services photo. Si Orange, dans son magasin parisien de la Madeleine explore la relation entre téléphonie et photographie (le savoir faire Photo Service étant mis à profit) rien n’aura été véritablement tenté au cours des trente dernières années sur le secteur (hors l’incontournable Photo Service), pour conceptualiser l’espace de service photo rêvé par le consommateur. Les concepts de marque se sont tous révélés déficients en imposant une offre et une image (par définition de marque) sur une demande polymorphe et terriblement versatile (auquel l’industriel d’avant l’ère numérique ne pouvait s’adapter). Les besoins ne manquent pourtant pas sur le secteur photo, où il aura fallu la création de Yellow Corner pour que soit démontré qu’une bonne segmentation du marché de la photo « d’Art » est vertueuse, sans tomber dans le commerce de  posters à punaiser au mur. La relation entre les besoins d’image de soi et la consommation pléthorique de photographies sur les réseaux sociaux, la question de la profusion et du partage d’images, de l’incroyable maîtrise créative des Digital Natives, du besoin de mise en valeur des tirages, de l’édition de livre photo à la demande, de la préservation des archives familiales… pourraient donner lieu à autant d’expérimentations fécondes et passionnantes. Malheureusement Dia-Mart n’a pas découvert de concept magasin novateur en photo dans le monde.…Trop dommage !