Entrée dans une nouvelle ère marketing

Le Canon PowerShot G11 sonne le glas de la dictature du méga-pixels. Donc le début d’une nouvelle ère marketing centrée sur les bénéfices d’usages.

Le fait

On ne le soulignera jamais assez. C’est Canon qui — en septembre 2009 par la sortie de son Powershot G11— aura mis fin à la course au pixels, avatars d’une trop simpliste assimilation marketing entre qualité et nombre de pixels. Le message ne pouvait être plus clair : l’appareil des amateurs experts, voyait sa résolution limitée à 10 millions de pixels au lieu des 14,7 millions pour son prédécesseur le G10 ! Bien que tout le monde admettait que pour les usages traditionnels, rien ne justifiait des résolutions très supérieures à dix millions de pixels, le marketing ne pouvait se résoudre à changer d’époque. Canon a franchi le cap, car d’autres priorités attendaient. Et les concurrents ont suivi, ce que les gammes 2010 viennent seulement de confirmer.

Le décryptage

L’adage selon lequel « qui peut le plus peut le moins » ne se vérifie pas pour les capteurs photo : les 14 millions de pixels sont au compact ce que les 240 kms/heure sont à la bonne routière. Inutiles…si ce n’est pour l’égo. Voire une source de questionnement pour les consommateurs bien informés. Une fois le message passé par Canon avec son G11, les fabricants ont pu effectuer un report de technologie sur des atouts bien plus essentiels pour le consommateur. Réduction du prix (qui reste le facteur n°1 de l’acte d’achat), augmentation de la qualité d’image (réduction du bruit et amélioration de la chromie des fichiers bruts), augmentation de la sensibilité (pour photographier n’importe comment à tout moment), gestion de la vidéo HD (car la photo, c’est terriblement immobile à l’heure des écrans !),  reconnaissance du contenu de l’image (pour pouvoir gérer la mise au point sur la bonne personne, mais également  indexer automatiquement les photos pour mieux les partager) ou encore optimisation en temps réel des photos (pour entre autres corriger les défauts optiques) … bref les ressources du microprocesseur des appareils peuvent désormais être affectées à d’autres priorités et cesser de produire des fichiers de plus en plus lourds pour des consommateurs qui agrandissent de moins en moins leurs images … et tant pis pour les discours marketing distillés auparavant !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :