Je veux être photographe !

Quand la formation devient un nouveau débouché pour les photographes professionnels

Quand la formation devient un nouveau débouché pour les photographes professionnels

Le fait

« Je veux être photographe ! » est une jeune société parisienne créée en 2008 qui dispense des formations photo de courte durée. Les cours de quatre heures sont organisés sur les lieux de prise de vue par groupe d’une dizaine de personnes, réunit autour d’un photographe professionnel soigneusement sélectionné pour son expérience et son aptitude de « communiquant ». Sa fondatrice Caroline Maurel (ancienne de Sup de Co Toulouse) a été contaminée par le virus de la photo en menant une carrière internationale qui la conduisait à beaucoup voyager. « Le voyage m’attirait vers la photo, mais je ne trouvais pas de cours photo » explique t’elle. Elle fait alors trois constats : l’absence de formule de formation courte sans engagement, l’engouement pour le reflex numérique et l’essor des offres expérientielles.  Elle crée sa société en 2008, sélectionne une quinzaine de photographes, crée un protocole pédagogique, et expose son offre sur un site jeveuxetrephotographe.com. Le succès est au rendez-vous avec aujourd’hui une douzaine de stages par semaines (tarifés à 80 euros/participant les 4 heures).

Le décryptage

La montée d’une nouvelle génération de photographes amateurs crée une nouvelle demande de formation. Ces jeunes photographes,— qui ne sont jamais passés par l’apprentissage des grands principes de la prise de vue (sensibilité/vitesse/diaphragme) —, se voient confrontés à leurs propres limites pour tirer bénéfice de leur reflex. Les stages courts y pallient. D’autant que cette nouvelle activité est aussi un moment de loisirs où toute transmission de connaissance doit s’inscrire dans un contexte d’expérience positive. La personnalité du photographe et son expérience apporte le « plus » expérienciel indispensable, auxquels s’ajoutent les bénéfices d’une émulation de groupe. On découvre ainsi que le professionnel n’est pas seulement producteur d’image mais également passeur d’une attitude vis-à-vis du monde qui l’entoure. Cette expérience trop souvent circonscrite au seul « regard », constitue un des actifs majeurs du photographe professionnel. La photographie n’est pas la seule activité à être concernée par ce besoin de proximité du public vis-à-vis d’hommes et de femmes de métier « habités » par leur métier : le succès de l’Atelier des chefs le démontre également dans le secteur de la cuisine.

Publicités

2 Responses to Je veux être photographe !

  1. HAMAIDI dit :

    je veux-etre un photographe c’est mon rève mais malheureusemens je vis en algerie et j’ai 34 ans je pense que c’est trop tard ou non?

    • jacqueshemon dit :

      Désolé pour cette réponse si tardive.
      Compte tenu du potentiel de marché ouvert par la photo numérique, je ne crois vraiment pas qu’il soit trop tard pour épouser la profession de photographe à 34 ans ! Reste à avoir une lucidité vis-à-vis d’une activité qui doit s’équilibrer entre création, innovation, attention véritable aux sujets photographiés et gestion pragmatique de la réalité. La partie business du métier constitue sans nul doute le défi de ce métier. C’est l’éternelle lutte entre créativité et rentabilité ! Mais il serait fou de ne rien tenter !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :