Nouveaux modes de diffusion

logo-atelier-black2Le fait

L’écran s’est imposé en moins de six ans comme la norme de visualisation des photographies au détriment du support papier provoquant une transformation rapide du modèle économique sur lequel l’activité photo reposait. Les nouveaux modes de diffusion des images font désormais majoritairement appel à l’Internet : demain, les réseaux mobiles prendront le relais avec une puissance de frappe encore inconnue à ce jour.

Le décryptage

Pour les photographes, il s’agit d’opportunités à saisir, constituant autant de leviers de croissance pour les années à venir. A condition d’adapter la production et les méthodes de commercialisation aux nouveaux modes de diffusion. Il s’agit de prendre une place sur le marché des contenus dont les besoins seront considérables : films courts en vidéo, petites œuvres multimedia (diaporamas créatifs), valorisation numérique des archives, infrastructures de diffusion des photos… autant de sujets abordés dans l’Atelier « Sortons du cadre ! » organisé par photographie.com au cours du Nikon Pro Tour 2009 (voir la vidéo de la conférence en cliquant ici – attention, version intégrale d’une heure !). Désormais, l’Atelier s’installe à la Maison Européenne de la photographie à Paris à raison d’un rendez-vous mensuel. Le 26 mars, il sera question d’  « Archives vivantes » une source de valeur souvent sous-estimée : rendez-vous le 26 mars à 10 heures à la MEP, 82 rue François Miron, 75004 Paris (Métro Saint-Paul).

Pour autant, dans cette effervescence numérique le support papier ne sera pas oublié. Ses qualités aptiques et optiques, sa matérialité et sa permanence, la culture millénaire du papier lui donne des atouts qu’il est désormais important de remettre en scène en tenant compte de ce nouvel environnement numérique : grand format, ultra-qualité, statut inédit du tirage limité, durabilité… sont autant d’atouts sur lesquels le marché du tirage se développe et particulièrement autour de la photo d’art. Les sites de vente de tirages photographiques sont les premiers à profiter de cette manne et du désir du grand public de s’approprier le fragment « sacré » de l’œuvre d’un photographe. Un modèle économique dont les photographes doivent également savoir profiter, pour augmenter leur chiffre d’affaires et leur visibilité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :