« Venez comme vous êtes »

petite_fille1

Le fait

Le 5 novembre dernier MacDonald lançait sa nouvelle campagne grand public signée BETC EURO RSCG. Thème « Venez comme vous êtes ». Objectif de l’agence : « Restituer la réalité de l’expérience MacDonald où l’on n’a pas besoin de changer ses comportement et s’adapter à des contraintes, où il est facile de rester soi-même ». Visuels : réalisés par Richard Burbridge, sept  portraits bruts pris sur le vif et  éclairés frontalement sur fond blanc donnant l’apparence d’un détourage.

 

Le décryptage

Si, selon Irène Jonas, auteur de Portrait de famille au naturel (Etudes Photographiques-Nov.08), on considère  que « La nouvelle ligne de conduite qui se dessine dans les années 70 est désormais d’éviter de réaliser une photographie de famille évoquant les pesanteurs du rite à l’ancienne et la sujétion à la pose », il faudra tôt ou tard que le photographe professionnel se pose la question de ce que le consommateur vient chercher chez lui. Et quel bénéficie le grand public tire du poids des contraintes que le professionnel fait peser sur lui lors d’une séance de prise de vue, alors qu’en photo familiale « il exige du sujet qu’il reste naturel et ne participe plus à une action dont il devient plus objet que sujet ». L’exemple de ces portraits de campagne qui symbolisent une photographie sur le vif de personnes qui « sont comme elles sont » et ne trichent pas avec leur apparence (en conformité avec le message souhaité par l’agence BETC ) doit nous interroger sur le rôle des photographes sociaux et des portraitistes : doivent-ils perpétuer le respect de la norme de représentation sociale ou faut-il qu’ils s’en affranchissent pour recruter un plus grand nombre de clients ? 

Publicités

2 Responses to « Venez comme vous êtes »

  1. Glorieux dit :

    Je pense tout d’abord que beaucoup de portraitiste à l’heure actuel s’affranchissent des carcans académiques pour donner libre cours à leur créativité. Je pense aussi que nous créons un portrait pour notre client et pas pour nous, bien sur à travers le prisme de notre sensibilité. Pour revenir à cet exemple, c’est un travail d’agence, le photographe n’a pas été payé par les parents de cet enfant, ce gosse a été choisi par une agence de casting sur 500 enfants, et il n’a rien de naturel. Comparons ce qui est comparable s’il vous plait. Mais bien sur pour nous les questions essentielles a se poser et à poser à nos clients : pour quoi, pour qui, comment faisons nous un portrait.

    Photographiquement votre
    Philippe Glorieux

  2. analyse très pertinente et au combien réaliste de J.hemon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :